La Coordination des Fédérations et des Associations Culturelles en Région Ile-de-France regroupe les fédérations régionales ou les sections des associations de la Cofac.

> Retour au sommaire

Séance du Conseil Régional Budget

Extraits de la Présentation de l'annexe 10 par Francis Parny Politique culturelle - technologie de l'information et de la communication

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Ce budget 2005 est rendu possible par le travail qui a été fait dans le mandat précédent.

Sous votre autorité, Monsieur le Président, et celle de Marie Pierre De la Gontrie, le budget de la culture a été multiplié par quatre.[...]

[...] Et tout cela grâce à l'activité d'un service auquel je veux rendre hommage. Un service tellement faible en effectifs qu'on se demande comment il a pu réaliser à la fois tout cela et ce qui a été engagé depuis le renouvellement de notre mandat. Merci à Etienne Achille et à l'ensemble de ses collaboratrices et collaborateurs.

Monsieur le Président, Chers Collègues, sur la base de votre discours d'investiture, je propose à notre assemblée, un budget organisé autour des trois priorités fortes que vous avez définies.

Tout d'abord, poursuivre et élargir notre politique d'aide au cinéma et à l'audiovisuel, ensuite développer une politique ambitieuse concernant le spectacle vivant et la création, enfin mettre en place une politique sur le livre, la lecture publique et la littérature, conforme aux enjeux de la Région capitale dans laquelle nous sommes.

Tout de suite, permettez?moi de dire que ces orientations principales ne sont pas exclusives.

Le projet de budget que je présente permet de donner par exemple, à l'Orchestre National d'Ile de France, les moyens d'un développement confonne à son excellence. Les deux EPCC se voient dotés des moyens nécessaires à leur mission.
L'ARIAM pourra développer son aide à la mise en cohérence des pratiques amateurs avec l'ensemble des activités culturelles dans notre région, en particulier dans le domaine de l'art vocal. ARTESI pourra nous aider dans l'expertise rendue nécessaire des premiers " espaces publics numériques " (EPN) aidés par la Région.
Concernant le FRAC, la réflexion que nous avons engagée pour la réalisation de réserves confonnes à la préservation des oeuvres d'art que nous avons acquises pennettra à tenue la dynamisation de notre fond, son utilisation par l'ensemble du réseau des salles consacrées aux Arts Plastiques.
Enfin le Festival d'Ile de France pourra continuer sa programmation en meilleure synergie avec l'ensemble des organismes associés avec lesquels nous travaillons.[...]

[...] Monsieur le Président, Chers Collègues,
Concernant nos trois priorités, je voudrais, non pas en détailler tous les contours, mais plutôt inviter notre assemblée à une réflexion sur les trois principes sur lesquels nous voulons fonder notre activité.

Tout d'abord nous voulons prendre en compte la dimension économique de l'action culturelle dans notre région.
C'est une chose peu connue, mais l'ensemble des salariés du secteur artistique et culturel représente 429 000 personnes auxquelles il faut ajouter 95000 fonctionnaires tous secteurs de la Fonction Publique confondus, en charge de ces questions.
Pour le seul secteur du cinéma, de l'audiovisuel et du spectacle vivant, il y a dans notre pays, 300 000 salariés, autant que dans l'automobile, et leur activité représente 25 milliards d'euros de chiffres d'affaire. Il y a là un potentiel à préserver et à développer. Et nous voulons le faire dans les trois domaines que j'ai indiqués.
Concernant le cinéma, c'est la justification de toute notre action d'aide à la production cinématographique et audiovisuelle afin de préserver les 15 000 emplois directs, les 70 000 emplois induits qui existent dans cette industrie. Notre fond d'aide qui était de 10 millions d'euros en 2004 passe immédiatement dans le budget que je vous présente à 12 millions d'euros et dans le cours de l'année 2005 à la suite de la signature des avenants de notre convention avec le C.N.C. ce fond passera à 14 raillions d'euros. Il y a là une grande possibilité d'aide significative permettant d'augmenter encore le nombre de films tournés et réalisés dans la région Ile de France.[...]

[...]Dans le domaine du livre enfin, comment ne pas prendre en compte les phénomènes de concentration de l'édition et de la diffusion qui singulièrement, dans la région capitale, mettent en cause les petits éditeurs et les libraires indépendants.[...]
[...]Le deuxième axe transversal à l'ensemble de ces trois priorités - encore conviendrait-il de considérer que c'est la première priorité - c'est bien sûr notre volonté de contribuer à la qualité artistique, à l'innovation culturelle, au développement de la culture vivante et de la création. Bien sûr il ne s'agit pas pour nous, d'intervenir dans le projet artistique qui est essentiel à ce développement, mais de contribuer au développement de la création contemporaine.[...]

[...]Enfin, la troisième réflexion transversale à ces trois secteurs, mais aussi à l'ensemble de la politique culturelle que nous voulons déployer, consiste dans une approche globale de ces questions. Une approche qui ne dissocie pas le soutien à la création et à la liberté des créateurs de l'appropriation par l'ensemble de nos concitoyens de ces procès de création.[...]
[...]Dans le domaine du cinéma nous donnerons une nouvelle impulsion à l'expérience " lycéens au cinéma " qui regroupe aujourd'hui plus de 17 000 jeunes dans 175 lycées et 35 C.F.A.
Dans le spectacle vivant, comme je viens de l'indiquer, les conventions d'objectif que nous signerons avec les compagnies, définiront les partenariats développés avec des lycées, des hôpitaux, des comités d'entreprises, des associations d'éducation populaire, des travailleurs sociaux, permettant autour du procès de création une véritable, dynamique d'appropriation des oeuvres créées par de " nouveaux publics ".
Et bien sûr dans le domaine de la lecture publique, l'effort continu sur l'aide à la création de médiathèques sera complété par des dispositifs pennettant la multiplication des rencontres entre les auteurs et leurs lecteurs.[...]

[...]nous avons engagé au mois d'octobre un processus d'assises régionales de la culture en Ile de France qui a rassemblé des centaines de représentants des professions des arts et de la culture, des associations d'éducation populaire, du monde du travail qui au travers d'une quinzaine d'ateliers, ont enrichi une réflexion qui se poursuivra dans une journée conclusive le 10 février prochain, à la Maison de la Chimie.
Nous définirons à cette occasion, les conditions dans lesquelles nous entendons pérenniser cette concertation sur toute la durée du mandat.

Comme vous le voyez, ce projet de budget 2005 permet d'engager une politique à la hauteur des espérances de nos concitoyens.[...]

> Retour au sommaire